Dirge

Dirge

Vingt ans séparent Infected Brain Machine, première démo de DIRGE, d’Hyperion, sixième album du nom.

Porté à ses débuts vers des textures industrielles parfois proches de Godflesh, mêlées au son noise des 90’s (influences encore présentes sur l'inaugural Down, Last Level, 1998), le groupe élargit son line-up et sa palette sonore au tournant du 21e siècle. Moins mécaniques, plus organiques, les ambiances lourdes et suffocantes épousent les saignées corrosives des guitares qui deviennent dès lors le centre de gravité de DIRGE et de Blight and Vision Below a Faded Sun qui paraît en 2000.

 

Précédant un genre plus tard baptisé post-hardcore ou post-metal, And Shall the Sky Descend est enregistré au printemps 2003. Si les guitares restent le point d'ancrage des quatre compositions-fleuves qui le constituent, les tempos ralentis à l’extrême, les samples rampants, les interventions extérieures (violon, didgeridoo ou le chant de Flore de Von Magnet) viennent consigner la constante évolution du groupe depuis trois ans vers des horizons plus hypnotiques et psychédéliques.

 2007 voit la naissance de Wings of Lead over Dormant Seas, double album immersif le long duquel ambient et puissance tribale côtoient guitares massives et volutes industrielles, hanté sur le morceau-titre d’une heure par la voix profonde de Nicolas Dick (Kill The Thrill).

 

En 2011, DIRGE injecte clarté éthérée, froideur léthargique et souffle mélodique au coeur des riffs telluriques qui transpercent son cinquième album Elysian Magnetic Fields. Le groupe en profite pour élargir ses horizons, parcourant l'Europe d'est en ouest, de la Russie au Portugal en passant par l'Allemagne, l'Angleterre, la Pologne, la Hongrie ou la Lettonie entre autres.

 Groupe live

2014 est donc l'année d'Hyperion. Sorti chez Debemur Morti (Blut Aus Nord, Rosetta, Year Of No Light...), il étire la veine froide et aérienne d'EMF entre mélancolie vaporeuse et variations de mouvements aussi puissantes que progressives. Soutenu sur un titre par le chant de Tara Vanflower (Lycia), DIRGE signe là son album le plus audacieux et iconoclaste à ce jour.